L’Union régionale du travail de Gafsa, relevant de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), tire la sonnette d’alarme sur la crise financière que traverse la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG). 

Dans un communiqué publié fin septembre et relayé par les médias tunisiens, l'Union régionale du travail de Gafsa souligne que la compagnie est incapable de renouveler ses équipements, d’acheter des pièces de rechange pour ses machines, de rembourser ses dettes, et d’honorer ses engagements financiers auprès des fournisseurs.

L'Union appelle ainsi à sauver la compagnie pour éviter la faillite, et propose comme solutions: 

- Le règlement des dettes de la société tuniso-indienne des engrais TIFERT et du groupe chimique tunisien auprès de la CPG;

- Augmenter le prix de vente du phosphate, qui est resté inchangé depuis des années;

- La création de projets économique à Gafsa, pour alléger les charges sociale et les dépenses de la CPG.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?
legende_dimage_a_la_une

L’Union régionale du travail de Gafsa, relevant de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), tire la sonnette d’alarme sur la crise financière que traverse la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG). 

Dans un communiqué publié fin septembre et relayé par les médias tunisiens, l'Union régionale du travail de Gafsa souligne que la compagnie est incapable de renouveler ses équipements, d’acheter des pièces de rechange pour ses machines, de rembourser ses dettes, et d’honorer ses engagements financiers auprès des fournisseurs.

L'Union appelle ainsi à sauver la compagnie pour éviter la faillite, et propose comme solutions: 

- Le règlement des dettes de la société tuniso-indienne des engrais TIFERT et du groupe chimique tunisien auprès de la CPG;

- Augmenter le prix de vente du phosphate, qui est resté inchangé depuis des années;

- La création de projets économique à Gafsa, pour alléger les charges sociale et les dépenses de la CPG.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

commentaires