Les deux ponts suspendus de la route Casa-Rabat prennent leur retraite

Les deux remarquables ponts suspendus de la RN 1 (l’ancienne route principale Casablanca-Rabat) vont quitter le service actif et rejoindre le patrimoine national des ouvrages d’art. Ils ont près d’un siècle d’âge et ils présentent un intérêt architectural et historique certain.  

Les deux ponts suspendus de la route Casa-Rabat prennent leur retraite

Le 16 juillet 2013 à 14h35

Modifié 16 juillet 2013 à 14h35

Les deux remarquables ponts suspendus de la RN 1 (l’ancienne route principale Casablanca-Rabat) vont quitter le service actif et rejoindre le patrimoine national des ouvrages d’art. Ils ont près d’un siècle d’âge et ils présentent un intérêt architectural et historique certain.  

Sur la route Casablanca-Rabat, on traverse(ait) deux gorges, en roulant au pas sur deux magnifiques ponts suspendus. Il s’agit des ponts de l’Oued Yquem et de l’Oued Cherrat, construits respectivement en 1923 et en 1917. La  force portante des deux ponts est limitée à 12 tonnes.

La nouvelle, c'est que le premier n’est plus en service. Le ministère de l’Equipement et des Transports a en effet récemment achevé le nouveau pont moderne qui le remplace à la grande joie des usagers. Un pont à poutre en béton précontraint, solide, efficace et résistant, comme seule la jeunesse peut l’être face à un monument vieillissant et par endroits rouillé. Mais un pont gris et triste comme l’est souvent le béton. Quant à la vieille carcasse née en 1923, elle prend sa retraite mais continuera, Dieu merci, à être entretenue par le ministère de tutelle.

Le ministère de l’Equipement et des Transports a en effet conçu un plan de préservation et d’entretien du patrimoine d’ouvrages d’art dont le Maroc est très riche et dont une partie date de l’époque coloniale, ouvrages nés de la nécessité d’étendre la domination militaire et économique sur le pays.

Le second pont en béton est en cours d’achèvement et entrera en service avant la fin de l’année. Il relèguera à son tour au musée le pont suspendu de l’oued Cherrat, à proximité de Bouznika, construit en 1917.

Les deux ponts suspendus construits au début du 20e siècle sont des jumeaux. Il s’agit de ponts suspendus d’une portée de 100 m environ, ce qui est assez remarquable pour l’époque.

Ils utilisent des câbles, invention récente alors (faisceaux de fils de fer) ainsi que du béton hydraulique dans les fondations et du béton armé dans les superstructures, selon les explications que nous a fournies un ingénieur.

Ces deux ouvrages d’art, qui méritent bien cette appellation, utilisent également les câbles à torsion alternée, procédé inventé par l’ingénieur Ferdinand Arnodin. Ce dernier a créé l’entreprise du même nom qui construira ces deux ponts, copies conformes l’un de l’autre à six années d’intervalle.

En réalité, Ferdinand Arnodin va dupliquer ce modèle de ponts un peu partout, en une bonne dizaine d’exmplaires, entre l’Algérie, le Maroc et le France. Dans le diaporama ci-dessus, on peut contempler son chef-d’œuvre, le pont de Sidi Mcid à Constantine, 164 mètres de long, inauguré en 1912. La ressemblance avec les ponts Yquem et Cherrat est frappante. (Photos Médias 24)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank : Résultats au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Retour sur les 100 jours de Mehdi Bensaid au ministère de la Jeunesse, la culture et de la communication