Affaire Khadija: Retrait de plainte contre certains des 12 accusés

Selon Me Ibrahim Hachane, avocat de la jeune Khadija, victime d'un viol collectif, de séquestration et de torture en 2018, le retrait de plainte n'entraîne pas l'arrêt des poursuites engagées par le parquet. Les 12 accusés sont toujours en détention préventive, depuis près de 3 ans.

Affaire Khadija: Retrait de plainte contre certains des 12 accusés

Le 11 juillet 2021 à 9h14

Modifié 11 juillet 2021 à 9h14

Selon Me Ibrahim Hachane, avocat de la jeune Khadija, victime d'un viol collectif, de séquestration et de torture en 2018, le retrait de plainte n'entraîne pas l'arrêt des poursuites engagées par le parquet. Les 12 accusés sont toujours en détention préventive, depuis près de 3 ans.

La jeune Khadija, victime d’un viol collectif, de séquestration et de torture en 2018 a, selon son avocat, Me Ibrahim Hachane, retiré sa plainte contre certains des 12 accusés, toujours en détention préventive depuis bientôt trois ans.

Le retrait de la plainte, par la victime, “n’impacte en rien l’affaire”, souligne l’avocat. Selon lui, “Khadija reste victime quoi qu’il arrive et le retrait de sa plainte n’entraîne pas l’arrêt des poursuites engagées par le parquet”. C’est le principe de l’opportunité des poursuites du ministère public.

La décision de Khadija s’explique, selon Me Hachane, par son état psychologique qui s’est “énormément dégradé”.

“C’est ce que nous craignions depuis le début de l’affaire. Khadija a emprunté le chemin de l’addiction et c’est la raison pour laquelle elle a accepté de retirer sa plainte en contrepartie de sommes d’argent dérisoires”, explique-t-il.

Pourtant, l’avocat souligne que la jeune Khadija “avait refusé de transiger avec ses agresseurs au début de l’affaire, lorsqu’elle était encore forte mentalement. Aujourd’hui, je ne la reconnais plus”, poursuit Me Hachane.

Ce dernier explique, par ailleurs, que l’affaire est toujours bloquée pour des raisons procédurales.

“Certains des avocats commis d’office aux accusés n’assistent plus aux audiences. Les demandes d’assistance judiciaire ont dû être lancées à nouveau”, indique Me Hachane, agacé par ces retards qui s’ajoutent à ceux causés par la pandémie, handicapant la tenue des procès en présentiel.

Deux ans plus tard, l’affaire Khadija toujours au point mort

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SOTHEMA : Indicateurs Financiers T2 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.