Hamid Bentahar (CNT): « Le Maroc peut atteindre 20 à 30 millions d’arrivées par an »

Dix jours après son élection à la tête de la CNT, le nouveau président qui cumule plus de 30 ans d’expérience dans l’hôtellerie affirme qu’il consacrera son mandat à la reprise et au développement du tourisme. Prudent tout en étant optimiste sur l’évolution de la situation du secteur, Hamid Bentahar estime possible une indépendance financière en 2022 et un retour progressif aux performances en 2023.

Hamid Bentahar (CNT): « Le Maroc peut atteindre 20 à 30 millions d’arrivées par an »

Le 26 juillet 2021 à 17h32

Modifié 26 juillet 2021 à 17h55

Dix jours après son élection à la tête de la CNT, le nouveau président qui cumule plus de 30 ans d’expérience dans l’hôtellerie affirme qu’il consacrera son mandat à la reprise et au développement du tourisme. Prudent tout en étant optimiste sur l’évolution de la situation du secteur, Hamid Bentahar estime possible une indépendance financière en 2022 et un retour progressif aux performances en 2023.

D’un naturel avenant qui lui a sûrement épargné les inimitiés propres à un secteur très concurrentiel, le nouveau président a eu un parcours professionnel de plusieurs décennies loué par la majorité des opérateurs qui ont d’ailleurs voté à une écrasante majorité pour son binôme avec Hicham  Alaoui (139 voix sur 160).

Une troisième casquette de président acquise dans une élection courue d’avance

Connu comme le loup blanc dans la profession, l’élection de Hamid Bentahar à la présidence générale de la CNT n’a donc pas constitué une vraie surprise pour les observateurs du secteur qui lui connaissaient déjà les casquettes de président du CRT de Marrakech-Safi depuis 2008 et de PDG Accor Gestion Maroc en charge des opérations de l’ensemble des marques du groupe qui sont présentes dans le Royaume.

Avant cela, Bentahar a depuis 2012 successivement dirigé les opérations et le développement pour les marques Luxe du groupe pour la région Europe du Sud mais aussi pour l’Afrique et l’Océan Indien.

Plusieurs reconnaissances professionnelles au Maroc et à l’international

Membre du conseil exécutif de la fondation Méditerranéenne du Tourisme depuis 2015, le nouveau président de la confédération a reçu plusieurs distinctions internationales, comme en 2010 la médaille d’or du tourisme des mains d’Hervé Novelli, secrétaire d’état français, une place de finaliste Hospitaly Award 2012 du meilleur Directeur Général luxe attribuée par le jury du Worldwide Hospitality Awards, sans oublier les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur française en 2016 et enfin son élection comme Personnalité de l’Année du secteur du Tourisme par La MAP et le média Tourisma Post.

Pur produit de l’école publique avec un baccalauréat obtenu à El Jadida, ce fils d’un père rifain et d’une mère soussia d’Agadir a ensuite décroché un diplôme à l’université de Marrakech de Cadi Ayad puis un MBA (Master of business Administration) à l’INSEAD à Fontainebleau/Paris avant de clore son parcours avec un diplôme International hospitality management program délivré par Cornell Univercity-ESSEC.

« Après la pandémie, le Maroc pourra arriver à moyen terme jusqu’à 20 millions d’arrivées »

Interrogé par notre rédaction sur les potentialités du tourisme au Maroc, le président de la CNT pense que le secteur touristique qui pèse à peine 11% du PIB national est largement sous-exploité et sous-optimisé.

« Si la crise a freiné l’élan de notre secteur, je pense qu’à moyen-terme, il pourra atteindre 20 à 30 millions d’arrivées mais la rapidité de réalisation de cet objectif dépendra des moyens que l’on se donnera pour y arriver.

« Une formidable marge de progression possible dans les marchés traditionnels et émergents »

« En effet, avec une demande internationale toujours très présente, une proximité géographique des plus gros marchés en Europe et un excellent classement mondial dans le top 30 mondial des destinations touristiques incontournables, le Maroc a par conséquent une formidable marge de progression.

« S’il existe de nombreux marchés émergents qui restent à développer, notre secteur peut encore progresser en prenant plusieurs parts de marché dans les pays européens proches », explique optimiste Bentahar pour qui le Maroc pourra aussi diversifier son offre pour séduire de nouveaux marchés.

« La réconciliation des fédérations de la CNT est une priorité »

A la question de savoir s’il serait en mesure de réconcilier les fédérations de la CNT qui n’ont toujours pas réglé leurs différends, Bentahar rappelle qu’il avait fait part dans son discours d’investiture de « son souhait de travailler avec tous y compris avec son adversaire Jalil Taarji-Benabbés, et néanmoins ami ».

« L’objectif principal de notre binôme est de contribuer de manière responsable à fédérer l’ensemble de nos métiers pour développer une industrie résiliente et créative », promet un Bentahar très optimiste.

« Nécessaire accélération de la coopération public-privé pour surmonter une crise qui va durer »

Sur ses attentes du prochain gouvernement, il estime essentiel d’accélérer la coopération avec l’équipe sortante du ministère de tutelle, du CVE et de la CGEM pour atteindre les objectifs du contrat-programme 2021 censés préserver l’emploi et relancer un secteur sinistré par une crise qui s’éternise.

« La CNT devra collaborer avec l’État pour sauver les emplois et les entreprises avec la prorogation des mesures de soutien contenues dans le contrat-programme au minimum jusqu’à fin décembre 2021.

2022-2023, de la lumière au bout du tunnel après l’obtention de l’immunité collective

« S’il y a unanimité sur le fait que la crise va encore durer, le secteur va, selon moi, commencer à retrouver des couleurs à partir de 2022.

« La reprise se traduira d’abord par une autonomie financière avec le retour progressif des visiteurs étrangers puis par un virage vers la performance qui se concrétisera au courant de l’année 2023.

« Pour y arriver, la seule véritable solution sera de continuer à vacciner un maximum de personnes. A ce propos, il faut se féliciter du début d’une campagne prioritaire de vaccination pour tous les employés du secteur touristique qui est amenée à s’accélérer dans les prochains jours.

Tout en étant optimiste sur la réalisation des objectifs de son binôme, Bentahar n’a pas souhaité se prononcer sur son éventuelle intention de se représenter pour un nouveau mandat en juin 2024.

“Avant de se projeter à cet horizon, il convient d’abord de gagner la grande bataille actuelle qui est d’arriver à avoir une immunité collective post-vaccination », a conclu le président, en insistant sur la nécessité de contribuer à construire un écosystème du secteur touristique qui soit créatif et résilient

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc : indicateurs trimestriels au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.