Le meurtre de 2 routiers marocains au Mali ne ressemble ni à une attaque jihadiste ni à un simple fait divers

L'attaque armée contre deux routiers marocains au Mali suscite des interrogations. Sollicité par Médias24, l'ancien diplomate Ahmed Faouzi livre ses premières impressions suite à ce crime abject. Il ne s'agit selon les données disponibles ni d'un crime crapuleux ni d'une attaque terroriste.

Le meurtre de 2 routiers marocains au Mali ne ressemble ni à une attaque jihadiste ni à un simple fait divers

Le 12 septembre 2021 à 15h37

Modifié 13 septembre 2021 à 8h42

L'attaque armée contre deux routiers marocains au Mali suscite des interrogations. Sollicité par Médias24, l'ancien diplomate Ahmed Faouzi livre ses premières impressions suite à ce crime abject. Il ne s'agit selon les données disponibles ni d'un crime crapuleux ni d'une attaque terroriste.

Bien qu’il soit encore tôt pour en tirer des conclusions, tous les éléments disponibles laissent penser à un crime prémédité voire commandité, a commenté Ahmed Faouzi, la piste du vol ayant été écartée.

Une hypothèse qui tient la route: puisque selon des témoins cités par la MAP, les assaillants étaient cagoulés, portaient des gilets pare-balles et disposaient d’appareils de communication sans fil. Après avoir commis leur crime, ils ont quitté les lieux sans voler le moindre objet des victimes.

Il s’agit d’un message adressé au Maroc et au Mali. La question est la suivante: qui a intérêt à faire ce geste? s’interroge Ahmed Faouzi.

« Il faut d’abord situer cet incident dans le temps ». Notre interlocuteur souligne « les tensions régionales notamment entre le Maroc et les voisins ».

Il rappelle, par ailleurs, l’implication du polisario dans plusieurs opérations terroristes dans la région et le rôle de l’Algérie dans l’externalisation du terrorisme vers le sud depuis la décennie noire.

Écartant l’hypothèse terroriste, Ahmed Faouzi rappelle que les dernières attaques perpétuées au Mali ont toujours visé des militaires maliens ou français. Or, le Maroc n’est pas militairement impliqué au Mali. Là, il s’agit d’innocents citoyens marocains qui ont été visés.

Une crise qui perdure

Ahmed Faouzi revient sur trois facteurs géopolitiques intervenant dans la situation au Sahel, comme déjà signalé dans une chronique publiée sur Médias24.

Il s’agit de:

– le manque de coordination et les luttes d’influence entre les pays du Maghreb,

– La politique européenne pour le Sahel,

– Les faiblesses structurelles du Sahel.

Ce sont les trois cercles à subir les effets de la déstabilisation du Sahel et qui doivent trouver des solutions.

L’ONU craint la menace terroriste dans le Sahel

Interrogé sur les risques que le scénario afghan se produise au Sahel, Antonio Guterres avait auparavant affirmé craindre son « impact psychologique et réel ».

« Il y a un vrai danger. Des groupes terroristes (au Sahel) peuvent se sentir enthousiasmés avec ce qui s’est passé en Afghanistan et avoir des ambitions au-delà de ce qu’ils pensaient il y a quelques mois », a-t-il jugé.

Selon lui, il est « essentiel de renforcer les mécanismes de sécurité au Sahel ». « Ce n’est pas seulement le Mali, le Burkina ou le Niger, maintenant on a des infiltrations en Côte d’Ivoire, au Ghana », a-t-il précisé.

« Je crains aujourd’hui que la capacité de réponse de la communauté internationale et des pays de la région ne soit pas suffisante face à la menace », a-t-il déploré.

 

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Communication Trimestrielle T1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

PLF2022: conférence de presse de Nadia Fettah

Essaouira : découverte des plus anciens objets de parure à la grotte de Bizmoune