Nadia Fettah, une alliée des opérateurs touristiques aux Finances?

Médias24 a interrogé trois opérateurs touristiques au sujet du changement à la tête de ce département. Tout en regrettant le départ de Nadia Fettah, ils espèrent qu’elle leur sera encore plus utile au département des Finances pour soutenir leur secteur sinistré.

Nadia Fettah, une alliée des opérateurs touristiques aux Finances?

Le 10 octobre 2021 à 12h49

Modifié 11 octobre 2021 à 7h43

Médias24 a interrogé trois opérateurs touristiques au sujet du changement à la tête de ce département. Tout en regrettant le départ de Nadia Fettah, ils espèrent qu’elle leur sera encore plus utile au département des Finances pour soutenir leur secteur sinistré.

Selon trois grands opérateurs touristiques, la nomination de Nadia Fettah aux Finances a extrêmement surpris la profession, qui était persuadée qu’elle serait reconduite dans ses fonctions ; or l’ancienne ministre du Tourisme a été remplacée par une nouvelle venue qui « mettra du temps à faire ses preuves » dans une période de grande urgence.

« Tous les opérateurs tablaient sur un nouveau mandat de Fettah »

Préférant témoigner anonymement pour « pouvoir être le plus honnête possible, mais aussi ne pas insulter l’avenir« , nos interlocuteurs ont tous reconnu avoir été « surpris par l’arrivée de la ministre Fatim-Zahra Ammor qui, hormis un commissariat d’exposition à Milan, ne semble pas connaître le secteur ».

« Toute la profession tablait sur un nouveau mandat de Nadia Fettah, car il faudra à son successeur beaucoup de temps avant de pouvoir maîtriser les différentes problématiques de notre secteur. En effet, avec la crise qui s’éternise, le facteur temporel est essentiel pour espérer toucher du doigt la reprise, car aujourd’hui, nous sommes dans l’urgence absolue pour éviter les nombreuses faillites qui se profilent dans un horizon à court-terme. »

« La crise ne permet pas de prendre son temps »

« Si personne ne remet en cause les capacités opérationnelles ou stratégiques de la nouvelle ministre, il faut cependant rappeler que tous ses prédécesseurs ont dû passer par une période d’adaptation plus ou moins longue, alors que la situation actuelle du tourisme est très grave et nécessite des réponses rapides.

« En nommant une néophyte à la tête de ce secteur sinistré, on reporte à au moins fin 2022, voire début 2023, toute initiative forte de sa part sachant qu’il lui faudra entre 12 et 18 mois de briefing.

« Pour plonger dans le bain, Fatim-Zahra Ammor devra en effet rencontrer l’ensemble des composantes de la profession en effectuant des tournées dans les 12 régions du Maroc, sans compter celles à l’international, auprès des tour-opérateurs, prescripteurs de voyages et des compagnies aériennes », déplore le président d’une grande chaîne hôtelière. Il se dit à la fois inquiet du temps qu’il faudra à la ministre pour connaître son secteur, mais aussi et surtout pour exécuter les promesses du contrat-programme pour la relance de l’activité, initié par Nadia Fettah.

« Nadia Fettah n’a laissé aucun détracteur derrière elle »

« En dehors du temps qui manque cruellement pour préparer la reprise, nous espérions un nouveau mandat de l’ex-ministre, pour la bonne raison qu’elle a su très vite prendre les devants et imprimer sa propre marque, alors que la pandémie est arrivée au Maroc seulement six mois après sa nomination.

« Confrontée à la pire crise mondiale du tourisme, Fettah a très rapidement élaboré un plan d’action qu’elle n’a cessé de défendre auprès de son collègue des Finances qui présidait le comité de veille.

« Avec les mesures de son contrat-programme du 6 août dernier (allocation CNSS, report des dettes fiscales et bancaires …), elle a été capable de proposer des alternatives à la crise, qui ont permis à de nombreux hôteliers, restaurateurs, transporteurs touristiques, agences de voyages… de survivre », nous explique ce membre dirigeant de la Confédération nationale du tourisme (CNT). Il souligne que c’est la première fois, dans l’histoire du secteur, qu’un ministre sortant ne laisse aucun détracteur dans son sillage.

« Le secteur touristique a désormais un allié inédit au sein du deuxième ministère le plus important du gouvernement Akhannouch »

Tout aussi nostalgique de l’action de Nadia Fettah, un autre grand opérateur du secteur a minoré la déception de la profession en se réjouissant de l’arrivée d’un allié de taille au sein du département ministériel le plus important du pouvoir exécutif, après celui du chef de gouvernement.

« S’il est vrai que son expertise va nous manquer, notamment en termes de scénario pour remédier à l’impact de la crise, le secteur a aujourd’hui un défenseur de sa cause aux Finances. Au sein de ce département qui détient les vrais cordons de la bourse du Maroc, l’ancienne ministre du Tourisme sera bien placée pour évaluer les besoins financiers de notre secteur et donc mieux le soutenir. »

« L’ancienne ministre du Tourisme a compris que nous étions assis sur une poule aux œufs d’or inexploitée »

« La nouvelle titulaire des Finances nous a montré qu’elle avait, bien plus que ses prédécesseurs, pris conscience du potentiel du secteur.

« Crise ou pas, c’est la première fois qu’une ancienne ministre du Tourisme, qui a compris que nous étions assis sur une poule aux œufs d’or inexploitée, va se retrouver à la tête d’un ministère qui décidera des priorités budgétaires de l’année et, en particulier, des départements sur lesquels il faut vraiment investir.

« Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter car nous ferons tout pour faire gagner du temps à la nouvelle ministre ; de plus Fettah va, elle aussi, lui apporter son expertise », conclut notre interlocuteur qui se veut rassurant.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : résultats T2 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Colloque international sur  » L’identité arabo-judéo-amazighe » à Ifrane (Suite)