χ

Nizar Baraka : « Le changement climatique nous impose de nous préparer à affronter des moments difficiles »

Devant les députés de la première Chambre, Nizar Baraka a exposé sa vision pour faire face aux problématiques relatives à la gestion de l'eau, et les priorités concernant ce secteur hautement stratégique pour le Royaume.

Nizar Baraka : « Le changement climatique nous impose de nous préparer à affronter des moments difficiles »

Le 1 novembre 2021 à 20h19

Modifié 1 novembre 2021 à 20h19

Devant les députés de la première Chambre, Nizar Baraka a exposé sa vision pour faire face aux problématiques relatives à la gestion de l'eau, et les priorités concernant ce secteur hautement stratégique pour le Royaume.

Le nouveau ministre de l’Équipement et de l’eau, Nizar Baraka, a exprimé ses priorités en matière de politique de l’eau, durant une séance de questions orales à la Chambre des représentants, qui a été consacrée à ce thème. 

Face à la problématique de la raréfaction des ressources en eau au Maroc, Nizar Baraka veut créer plus de barrages collinaires. Le projet de loi de Finances prévoit d’ailleurs d’y consacrer une enveloppe de 400 millions de DH en 2022, selon le ministre.

Ce dernier souhaite impliquer davantage les conseils régionaux et les collectivités locales, s’agissant d’un important vecteur de développement et de réduction des disparités territoriales.

Considérant l’eau comme une ressource stratégique et un élément de souveraineté nationale, Nizar Baraka veut réalimenter les nappes phréatiques qui ont été épuisées durant les dernières décennies.

Il regrette que sur les 34 nappes phréatiques que compte le pays, seules deux d’entre elles ont fait l’objet de contrats de gestion. Des “contrats de nappe” qui peuvent, selon lui, contribuer à la protection des eaux souterraines. 

En cas de surplus ou de déperdition des eaux, il conviendrait que ces nappes phréatiques soient réalimentées pour préserver une réserve stratégique.

Le nouveau ministre de l’Equipement et de l’eau met en garde contre les effets néfastes du changement climatique, à l’origine de crises partout dans le monde. D’après lui, si le Maroc a été épargné durant les deux dernières décennies, il doit sérieusement se préparer, car une sécheresse de grande envergure pourrait survenir prochainement.

Les ressources annuelles en eau sont estimées à 22 milliards mètres cube actuellement. « Avec le changement climatique, ce chiffre va régresser de 10% à 20% à l’horizon 2030, et de 40% à 50% à l’horizon 2050 », alerte Nizar Baraka.

« Le Maroc dispose actuellement de 149 grands barrages qui ont une capacité de 19 milliards de m3, alors qu’en réalité on arrive à réunir 17 milliards de m3 seulement. Nous devons donc réduire cet écart de 5 milliards de m3 qui se perdent entre les 22 milliards de potentiel et les 17 milliards réellement réunis. »

Nizar Baraka compte aussi sur le dessalement de l’eau de mer qui a un grand potentiel, selon lui, surtout en le combinant avec des ressources d’énergie renouvelable pour le rendre moins cher, sur le modèle du projet de Dakhla.

Il veut aussi investir dans le transport de l’eau pour faire profiter les zones qui sont en insuffisance de capacités, pour compenser les grandes disparités en termes de distribution de ressources en eau au Maroc.

“Si le taux de remplissage actuel des barrages ne dépasse pas les 35% en moyenne, ce chiffre cache en effet d’énormes disparités, car il est seulement de 11,8% dans le bassin d’Oum Rabii, de 15,8% à Ziz, alors que le taux est de 58% à Sebou et de 54% au Loukkos”, déclare Nizar Baraka.

En ce qui concerne le raccordement au réseau d’assainissement, qui atteint le taux très bas de 10% en milieu rural, Nizar Baraka veut donner la priorité à l’équipement des écoles, car c’est, selon lui, l’une des causes du décrochage scolaire. 

En réponse à une question de l’un des députés, le ministre justifie le retard pris dans la réalisation de plusieurs barrages par des obstacles dans la libération du foncier et dans le processus d’expropriation, des problèmes techniques, mais aussi liés à la crise sanitaire et, enfin, les difficultés financières dont souffrent quelques entreprises adjudicataires.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata – Indicateurs financiers trimestriels T4 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.