χ

Vaccination anti covid-19 : Voici les principales données de la pharmacovigilance

La directrice générale du Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc, Pr Rachida Soulaymani Bencheikh, a fait deux sorties médiatiques remarquées, ce lundi 1er novembre. Voici les principales données révélées, sur la pharmacovigilance liée à la vaccination anti-covid.

Vaccination anti covid-19 : Voici les principales données de la pharmacovigilance

Le 1 novembre 2021 à 20h51

Modifié 2 novembre 2021 à 7h46

La directrice générale du Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc, Pr Rachida Soulaymani Bencheikh, a fait deux sorties médiatiques remarquées, ce lundi 1er novembre. Voici les principales données révélées, sur la pharmacovigilance liée à la vaccination anti-covid.

Pr Rachida Soulaymani Bencheikh a répondu aux questions des citoyens, dans le cadre des échanges interactifs instaurés par le ministère de la santé et fait une présentation détaillée, des données de pharmacovigilance, lors d’un webinaire organisé par la Société Marocaine des Maladies Respiratoires (SMMR).

Dans le cadre du système de  la pharmacovigilance et de la surveillance des événements indésirables post-vaccinaux, mis en place en marge de l’opération de la campagne de vaccination contre la Covid-19, plus de 33.000 événements indésirables ont été déclarés du 28 janvier au 31 octobre 2021.

Ce qui représente 0,7 déclaration pour 1.000 vaccinations. Par type de vaccins, Janssen affiche l’indicateur de notification le plus élevé, suivi d’Astrazeneca.

« Attention, avoir un indicateur de notification élevé ne signifie pas que tel ou tel vaccin a plus d’effets indésirables », explique Pr Soulaymani.  Il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer la hausse de cet indicateur, notamment, les polémiques médiatiques qui peuvent générer une hausse des déclarations.

C’est ce qui explique le taux élevé pour Janssen qui avait fait l’objet d’une grande polémique, au moment de son déploiement dans le cadre de la campagne de vaccination.

82 % des déclarations émanent des citoyens et 12,6% des médecins et 3,6% des pharmaciens. Par type de canal, 81,3% des déclarations ont eu pour source la plateforme Yakadaliqah.

52% des événements déclarés concernent des hommes, 48% concernent les femmes.

Le plus grand nombre de notifications a concerné la tranche d’âge des 26 à 40 ans à savoir 13.801.

La déclaration d’événements indésirables ne signifie pas qu’il y a systématiquement un lien avec le vaccin. En fonction de leur gravité, ils sont l’objet d’investigations pour déceler le lien de cause à effet.

« Nous avons reçu le cas d’une femme qui a déclaré une chute de cheveux. Après investigation, on s’est rendu compte que la dame avait des problèmes et a, volontairement, provoqué cette chute. Et elle l’a avoué », rapporte Dr Soulaymani Bencheikh.

Selon cette dernière, 99,2% des événements déclarés concernent des effets bénins, attendus et connus préalablement (fièvres, rougeurs, fatigue, vertiges,…). « Ils sont dits effets bénins car ils disparaissent en quelques jours ». Ce sont des effets qui sont connus à l’avance.

Les 0,8% restants sont des événements qui peuvent être classés, dans la catégorie d’événement graves. Ce sont les événements qui surviennent et qui nécessitent un diagnostic et/ou une intervention médicale.

253 cas ont été classés dans cette catégorie. Ils ont tous fait l’objet d’investigations profondes, assure Pr Soulaymani.

Dans cette catégorie, les questions ont concerné les cas de décès, de thrombose et de paralysie. Pour ces cas, Pr Soulaymani a apporté des explications cas par cas.

Pour la thrombose, « 10 cas ont été déclarés ». « Une commission a été constituée pour enquêter sur ces différents cas et a écarté tout lien avec le vaccin« , explique-t-elle.

Pour les cas de paralysie, elle explique qu’il n’y a pas eu de cas établis. « Parfois, c’est lié à la fatigue et non pas une paralysie. Il y a aussi ce qu’on appelle l’impotence fonctionnelle. Plusieurs hypothèses se posent dans ce cas ».

Enfin pour les cas de décès, Pr Soulauymani explique, en substance, que l’opération de vaccination concerne la population globale qui enregistre, en dehors de cette campagne et dans la vie courante en moyenne, 500 décès quotidiens (accidents, maladies,…).

Des décès qui continuent de survenir, concomitamment, à l’opération de vaccination. Elle explique sans donner de statistiques que toutes les déclarations de décès, font l’objet d’investigations. « Dans 4 cas, l’investigation est allée jusqu’à l’autopsie pour évacuer tout lien de causalité avec le vaccin », avance-t-elle.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMORENTE INVEST : VISA DE L’AMMC SUR LE DOSSIER D’INFORMATION RELATIF AU PROGRAMME D’ÉMISSION DE BILLETS DE TRÉSORERIE d’UN PLAFOND DE 300 MDH

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.