11 décharges sauvages seront fermées ou réhabilitées

Après la décharge sauvage de Médiouna à Casablanca, 11 autres décharges au niveau national seront fermées ou réhabilitées, à compter de 2022. Le détail de ce projet ambitieux porté par le ministère de la Transition énergétique.

11 décharges sauvages seront fermées ou réhabilitées

Le 2 décembre 2021 à 16h59

Modifié 2 décembre 2021 à 16h59

Après la décharge sauvage de Médiouna à Casablanca, 11 autres décharges au niveau national seront fermées ou réhabilitées, à compter de 2022. Le détail de ce projet ambitieux porté par le ministère de la Transition énergétique.

L’annonce a été faite par la nouvelle ministre Leila Benali, lors de la présentation du projet de budget du ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Jointe par nos soins, une source au sein dudit ministère nous a livré les détails de ce projet, qui cible au total 11 décharges sauvages au niveau national, et pour lequel une enveloppe budgétaire de 200 millions de DH (MDH) sera mobilisée. L’objectif étant de porter le taux de recyclage et de valorisation à 20% en 2022.

« Les projets de réhabilitation et de fermeture des décharges sauvages s’inscrivent dans le cadre du Programme national des déchets ménagers (PNDM), exécuté conjointement entre les ministères de l’Intérieur, de la Transition énergétique et du développement durable, de l’Économie et des finances et les Collectivités territoriales », nous confie notre interlocuteur.

« Les 11 projets de réhabilitation ou de fermeture des décharges sauvages concernent les communes de Safi, Essaouira, Oualidia,  Tiznit, Larache, Ksar El-Kebir, Benguerir-Skhour Rhamna, Ouarzazate, Merzougua, Ouazzane et Settat. »

Sept décharges seront définitivement fermées

« Hormis les quatre décharges de Oualidia, Ouarzazate, Settat et Essaouira, qui continuent toujours de recevoir les déchets, les autres seront fermées. »

Les décharges qui ne seront ainsi plus opérationnelles à partir de 2022, sont celles de Safi, Tiznit, Larache, Ksar El-Kebir, Benguerir-Skhour Rhamna, Merzouga et Ouazzane.  Elles « seront réhabilitées et fermées et ne recevront plus de déchets », déclare le ministère.

« Au niveau de ces décharges, des aménagements seront réalisés pour éliminer les nuisances et les impacts sur l’environnement. » Elles seront ainsi « recouvertes de terre végétale », et feront l’objet d’un « dégazage et d’un drainage des effluents, etc. ».

Notre source indique toutefois que « la fermeture de ces décharges n’interviendra qu’une fois que les nouveaux sites des décharges intercommunales contrôlées ou Centres d’enfouissement et de valorisation (CEV) auront été aménagés, pour recevoir les nouveaux déchets ».

Quatre décharges seront réhabilitées

Pour ce qui est des décharges réhabilitées et non fermées, à savoir celles de Oualidia, Ouarzazate, Settat et Essaouira, « en plus des aménagements visant à éliminer les nuisances des déchets anciens, des casiers y seront réalisés pour continuer à recevoir les nouveaux déchets, dans l’attente de la mise en place de la nouvelle décharge contrôlée ou du CEV ».

Des travaux seront entamés, à compter de 2022, pour mettre aux normes internationales 11 décharges au Maroc.

L’achèvement des travaux pourrait intervenir en 2023

« Pour les 11 projets de réhabilitation ou de fermeture des décharges sauvages, programmés pour 2022, leur réalisation pourrait s’achever en 2023, eu égard au délai requis pour faire le transfert des crédits et réaliser les études et les travaux d’aménagement », précise notre source.

« Le PNDM a permis à ce jour d’atteindre un taux de collecte professionnalisée des déchets de 96%, et un taux de mise en CEV et de décharge contrôlée de 63% des déchets ménagers produits », conclut-elle.

Notons que le PNDM s’inscrit dans le cadre de la politique de réforme et de développement du secteur des déchets ménagers. Son objectif est d’assurer :

  • la collecte et le nettoiement des déchets ménagers ;
  • la réalisation de centres d’enfouissement et de valorisation dans tous les centres urbains ;
  • la réhabilitation et la fermeture de toutes les décharges sauvages existantes ;
  • la modernisation des déchets et la professionnalisation du secteur ;
  • le développement de la filière de « tri-recyclage-valorisation », avec des actions pilotes de tri.

12 décharges sauvages fermées ou réhabilitées en 2021

Lors de la présentation du projet de budget du ministère, il a été précisé que 12 décharges sauvages avaient été réhabilitées ou fermées en 2021. Le ministère a également suivi la réalisation de 15 CEV. Ces projets ont nécessité une enveloppe budgétaire de 251,13 MDH.

Source : Projet de budget du ministère de la Transition énergétique et du développement durable

Les décharges sauvages de Casablanca et de Tanger en sont les principaux exemples. Elles ont été définitivement fermées, respectivement en mars et en novembre 2021, après l’ouverture d’un CEV à Tanger et d’une décharge contrôlée à Casablanca.

La décharge sauvage de Mghogha (Tanger) a fermé ses portes après quarante-cinq ans de nuisance pour les riverains. Elle ne reçoit donc plus de déchets depuis le 24 mars dernier. Environ 21 MDH ont été mobilisés pour sa couverture végétale. Le nouveau CEV de la ville accueille, depuis début janvier, la totalité des déchets.

Pour sa part, celle de Casablanca a une durée de vie de trois ans et ne représente qu’une solution provisoire pour la métropole. D’ici là, elle sera remplacée par un CEV de 200 ha, pour un investissement de 4 milliards de DH (MMDH). Un appel d’offres sera lancé dans ce sens par Casa Baiaa, maître d’ouvrage délégué.

Dans ce site provisoire, le délégataire procédera au tri des déchets pour n’enfouir que les produits organiques et recycler le reste. D’autres marchés seront bientôt lancés pour le traitement du lixiviat stocké depuis des années dans la décharge sauvage, et pour la réhabilitation de cette dernière afin d’en faire un espace vert, ouvert au public.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communication financière d’Aluminium du Maroc au 31/12/2019

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.