χ

Latifa El Harradji, première femme à la tête de l’inspection générale du ministère de la Justice

Cette ingénieure de formation a fait ses premiers pas au ministère de la Justice en 1997. Retour sur le parcours de celle qui occupe désormais la fonction d’inspectrice générale, un poste qui nécessite notamment "rigueur, objectivité et discrétion". 

Latifa El Harradji, première femme à la tête de l’inspection générale du ministère de la Justice

Le 24 janvier 2022 à 14h13

Modifié 24 janvier 2022 à 15h06

Cette ingénieure de formation a fait ses premiers pas au ministère de la Justice en 1997. Retour sur le parcours de celle qui occupe désormais la fonction d’inspectrice générale, un poste qui nécessite notamment "rigueur, objectivité et discrétion". 

Nommée début 2022, Latifa El Harradji est la première femme inspectrice générale au ministère de la Justice. Avec Samia Chakri, la nouvelle directrice des études, de la coopération et de la modernisation, elle vient marquer l’histoire de ce ministère où les postes à responsabilités ont longtemps été monopolisés par la gent masculine.

« De manière générale, très peu de femmes sont nommées aux postes à responsabilités dans la fonction publique. Ce qui est également le cas au ministère de la Justice, c’est pourquoi le fait de représenter la femme de la Justice a été une des motivations qui m’ont poussée à me porter candidate à ce poste », indique Latifa El Harradji à Médias24.

C’est donc sur orientation du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, comme l’affirme à Médias24 un membre de son cabinet, que ces femmes « compétentes, droites et sérieuses dans leur travail » ont été choisies pour occuper ces fonctions de responsabilité.

Si Samia Chakri a nouvellement rejoint le ministère de la Justice, Latifa El Harradji, elle, en fait partie depuis 1997. Elle y a occupé différentes fonctions, de l’informatique aux ressources humaines avant d’atterrir à la tête de l’inspection générale, où elle est chargée – entre autres – d’effectuer des missions de contrôle, d’audit et d’évaluation des entités centrales et déconcentrées du ministère.

Le rêve d’ingénieure

Durant son parcours académique, rien ne prédestinait cette native de Figuig à la fonction d’inspectrice générale. Avec un baccalauréat en sciences mathématiques dans la poche, elle trace un parcours en ingénierie qu’elle démarre d’abord au lycée Moulay Idriss à Fès, avec une année en classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieurs.

Elle obtient par la suite un DEUG (diplôme des études universitaires générales) en maths-physique à la faculté des sciences à Oujda, puis intègre l’Ecole nationale de l’industrie minérale (ENIM) à Rabat. Elle y décroche son diplôme d’ingénieur d’État en informatique en 1997.

L’informatique au service des ressources humaines

La même année, alors âgée de 25 ans, elle rejoint le ministère de la Justice où elle est chargée d’informatiser l’administration du personnel au sein de la direction des ressources humaines. Deux ans plus tard, elle est nommée chef de service informatique du suivi des évaluations et des prévisions de la direction RH. Un poste qu’elle occupera pendant quinze ans.

« Au cours de ces quinze années, j’ai acquis une maîtrise des processus de la gestion RH. J’ai coordonné et suivi plusieurs projets informatiques, dont la conception d’un système intégré de gestion des ressources humaines du ministère de la Justice”, indique-t-elle à Médias24.

En 2015, elle est nommée chef de division du personnel de la justice, où elle continue à mettre ses compétences en informatique au profit de la gestion des ressources humaines.

Les premiers pas à l’inspection générale

Pour Latifa El Harradji, sa formation d’ingénieur lui offre une polyvalence qui lui permet de « s’adapter à divers secteurs d’activités ». C’est ce qu’elle continuera à faire pendant trois ans, tout en étant formatrice vacataire à l’Institut supérieur de la magistrature, avant d’être chargée de mission d’inspection à l’inspection générale du ministère de la Justice en 2018.

La même année, Latifa El Harradji intègre l’École supérieure de l’administration à Rabat (ENSA) pour une formation de 18 mois dans les domaines de la gestion publique, les métiers de l’inspection générale, les évaluations des programmes et politiques publiques et le management et leadership.

Cette formation certifiante et ces trois années d’expériences au sein de l’inspection générale du ministère de la Justice lui permettent d’être nommée inspectrice générale à la mi-janvier 2022. Un poste qu’elle occupait par intérim depuis février 2021.

« Honorée de la confiance du ministre de la Justice et fière de cette nomination, je reste consciente de l’énorme responsabilité de ce poste, qui nécessite une écoute active en permanence, une grande capacité d’observation, d’analyse et de synthèse, mais aussi de la rigueur, de l’objectivité et de la discrétion », souligne cette quinquagénaire et mère de trois enfants.

Désormais à la tête de l’inspection générale au ministère de la Justice, Latifa El Harradji a pour principales missions « d’assurer le suivi des orientations stratégiques du ministère, de veiller à l’application des textes juridiques et réglementaires et à la bonne gestion des deniers publics, et de coordonner les efforts et la communication avec toutes les instances institutionnelles, et ce, en application du décret n°2.11.112 encadrant les missions de l’inspection générale, au niveau des services centraux et des services déconcentrés », explique Mme El Harradji.

Aussi, l’inspectrice générale est chargée du « contrôle, de l’inspection, de l’audit, de l’évaluation, de l’étude et de la consultation, ainsi que de la gestion des relations avec le Médiateur et les différents organes de contrôle et de gouvernance ».

Au niveau des juridictions, l’inspection générale du ministère de la Justice « assure le contrôle administratif et financier des tribunaux. Des missions d’inspection conjointes entre l’Inspection générale des affaires judiciaires et l’inspection générale du ministère de la Justice peuvent être menées, chacune dans son domaine de compétence », conclut-elle.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

HPS : INDICATEURS FINANCIÈRE DU 3E TRIMESTRE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Signature de déclarations conjointes Maroc-ONUDI pour la décarbonation de l’industrie.