Menu
facebook twitter google
.
.

La 2e causerie du Ramadan autour des relations Maroc-Afrique 

Mercredi 23 mai 2018 à 11h31
La 2e causerie du Ramadan autour des relations Maroc-Afrique
 

Le Roi Mohammed VI, accompagné du Prince héritier Moulay El Hassan et des Princes Moulay Rachid et Moulay Ismail, a présidé mardi 22 mai au palais royal de Rabat, la deuxième causerie religieuse du mois de Ramadan.

 

"Les constantes religieuses partagées, un facteur d'unité entre le Maroc et les pays africains", à la lumière du hadith du Prophète Mohammed: "Les gens de l'ouest (Ahl Al gharb) détiendront la vérité jusqu'à la venue de l'heure". C'est le thème de la causerie animée par Rohan Ambay, professeur à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et président de la "Fondation Mohammed VI des oulémas africains", antenne du Sénégal.

Le conférencier a mis en exergue l’importance que revêt la thématique abordée tant pour le Maroc que pour plusieurs pays africains, ancestralement liés au Royaume de par la religion qu'ils partagent.

Sous cette rubrique, Pr. Ambay a mis un accent particulier sur la profondeur des relations qui unissent le Maroc à plusieurs pays africains. "Des liens populaires qui ne sauraient être entamés par des mutations conjoncturelles ou par des choix personnels dictés par des calculs politiques", a-t-il souligné.

Si des parties n’appartenant pas à notre continent considèrent ses peuples comme une proie facile et dont l’identité est manipulable, les relations spirituelles entre le Maroc et les peuples africains ont toujours été basées sur la piété et l’entraide, a insisté le conférencier.

Selon lui, alors que l’identité de ces peuples n’était jamais mise en péril par des choix confessionnels, communautaires ou ayant trait à leur conduite, le spectre de l’extrémisme guette désormais ces populations après que des valeurs, autrefois observées par les ancêtres à l’instar du respect de la pluralité et de la différence, se sont vues aujourd’hui bafouées.

Le conférencier s'est attardé à expliquer la signification des constantes, précisant qu’il s’agit, en fait, de choix religieux en matière de foi, de croyance et de comportement spirituel auxquels les Marocains ont souscrits avec les habitants de plusieurs contrées africaines, en particulier dans l’ouest du continent.

(Avec MAP)

.
Signaler une erreur
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.
.
.
Close