Le 22 juillet 2011, la Norvège ensanglantée par la pire attaque de l’après-guerre

(AFP)

Le 20 juillet 2021

Une énorme bombe artisanale explose en plein coeur d’Oslo, puis les premiers coups de feu d’une interminable fusillade de 72 minutes retentissent sur Utoya. Il y a dix ans, le 22 juillet 2011, la Norvège basculait dans l’horreur.

En ce vendredi après-midi pluvieux, la paisible nation scandinave somnole dans une torpeur estivale quand la tragédie se présente sous les traits d’Anders Behring Breivik, un extrémiste de droite déguisé en policier.

A 15H25, une camionnette de location bourrée de 950 kilos d’explosifs réalisés à base d’engrais explose au pied de la tour qui abrite le siège du Premier ministre, le travailliste Jens Stoltenberg, aujourd’hui chef de l’Otan.

L’attentat fait huit morts et des dizaines de blessés. Heureusement, son auteur, Breivik, 32 ans, avait été retardé dans un embouteillage et de nombreux employés étaient déjà partis.

Travaillant dans sa résidence officielle, à près de 2 km de là, M. Stoltenberg en sort indemne.

Dans le véhicule qu’il a garé plus loin pour prendre la fuite, Breivik entend à la radio que, contrairement à ce qu’il espérait, la tour gouvernementale de 17 étages ne s’est pas écroulée.

Il décide alors de mettre la seconde phase de son plan à exécution.

A 17H17, toujours vêtu de son faux uniforme, il débarque sur l’île d’Utoya, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest d’Oslo, où, comme chaque année, des centaines de jeunes travaillistes sont réunis pour un camp d’été.

Descendu du chaland MS Thorbjorn qui assure des navettes sur le lac, il abat la « matriarche » du camp Monica Bosei et un policier hors service chargé de la sécurité du rassemblement.

Armé d’un fusil Ruger et d’un pistolet Glock semi-automatiques, il arpente l’île et traque des jeunes gens désemparés dont il tente de gagner la confiance en se présentant comme un policier venu les protéger.

Dans la cafétéria, au bout d’un raidillon, treize personnes tombent sous ses balles. Dix autres périssent en se tenant la main sur le « sentier de l’amour » qui longe le rivage, puis quatorze autres près de la pompe à eau.

Le massacre dure 72 longues minutes: 189 douilles seront ramassées.

– Déchaînement de violence –

Piégés sur une île de 0,12 km2, des jeunes se jettent dans les eaux froides du lac. Alertés par les coups de feu, les occupants d’un camping voisin se précipitent pour les secourir avec leurs bateaux et essuient aussi des tirs.

« Vous allez mourir, marxistes », crie le tueur qui a absorbé un mélange énergisant à base d’éphédrine, de caféine et d’aspirine.

A deux reprises, il appelle la police pour proposer sa reddition. « J’ai achevé mon opération et je souhaite me rendre », dit-il.

Mais, après chaque communication, la fusillade reprend. Il tire sur tous ceux qu’il rencontre et achève les blessés: 56 de ses 69 victimes sont retrouvées avec une balle dans la tête.

Venue par la route depuis Oslo, puis à bord d’un modeste bateau pneumatique qui, surchargé, rend l’âme au milieu du lac, une équipe d’intervention spéciale de la police parvient finalement à débarquer sur l’île grâce à l’aide de plaisanciers.

A 18H34, Breivik est enfin arrêté sans opposer de résistance.

Sur les 564 participants du camp d’été, 67 sont tués par balle et deux d’une chute ou de noyade. Trente-trois autres sont blessés par des tirs.

La Norvège vient de connaître la pire tragédie de son histoire d’après-guerre.

La plupart des victimes ont moins de 20 ans: la plus jeune a soufflé sa quatorzième bougie cinq jours plus tôt.

Signe du déchaînement de violence, jusqu’à huit impacts de balles seront dénombrés sur le corps d’un adolescent de 18 ans.

L’objectif avoué de Breivik est de provoquer une attaque aussi spectaculaire que possible, « un feu d’artifice » selon ses propres mots, pour attirer l’attention sur son « manifeste », un document de 1.500 pages dans lequel il étale son idéologie antimusulmane.

En réaction, M. Stoltenberg frappera les esprits en promettant « encore plus de démocratie, encore plus d’humanité mais sans jamais de naïveté ».

A son procès, Breivik reconnaît les faits mais plaide non coupable. En 2012, il est condamné à 21 ans de prison, peine susceptible d’être prolongée indéfiniment, tant qu’il sera considéré comme une menace pour la société.

Le 20 juillet 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Prise de fonction du nouveau procureur général près la cour d’appel de commerce de Casablanca M Said Zyouti