χ

Marchés: nervosité en Europe avant la BCE, mollesse en Asie

(AFP)

AFP

Le 9 juin 2022

Les marchés européens étaient nerveux jeudi avant une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) tandis que les places asiatiques ont fini dans le rouge, dans un environnement plombé par les craintes concernant la trajectoire de l’inflation et la croissance mondiale.

En Asie, la Bourse de Tokyo a clôturé quasiment à l’équilibre et les indices chinois reculaient de 1% à Hong Kong et de 0,8% à Shanghai, ne parvenant pas à se réjouir d’un bond de l’excédent commercial de la Chine en mai.

En Europe, les indices restaient dans le rouge après deux séances de repli, incapables de profiter d’une légère détente sur le marché de la dette souveraine, à quelques heures d’une réunion de la BCE qui devrait confirmer sa prochaine hausse de taux pour lutter contre l’inflation. Vers 07H45 GMT, Paris cédait 0,74%, Francfort 0,87% et Londres 0,65%

Le communiqué de presse de la BCE sera publié à 13H45 et la conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde, commencera à 14H30.

« La BCE ne peut plus se permettre d’être accommodante, seule une action vigoureuse lui permettra de réaffirmer son leadership et de rétablir les anticipations d’inflation à long terme sur son objectif », estime Bertrand Prince, gérant chez Schelcher Prince Gestion.

En retard sur ses consoeurs américaine ou britannique, déjà bien embarquées dans le resserrement monétaire, la BCE devrait d’abord confirmer jeudi l’arrêt des rachats nets de dette sur le marché à partir de début juillet.

Les investisseurs seront à l’affût d’un calendrier des hausses de taux au cours des prochains mois, un premier relèvement étant attendu pour la réunion du 21 juillet.

« Le signal d’une hausse de taux en juillet n’est pas suffisant pour dynamiser l’euro puisqu’il a déjà été presque totalement intégré par les marchés », estime Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

En revanche, un relèvement de taux dès juin ou le choix d’une hausse de taux forte (0,50%) en juillet pour stopper la dépréciation de la monnaie unique créerait un effet de surprise pour les investisseurs, selon les analystes.

La mission de la BCE est délicate car elle doit veiller à ce qu’un relèvement de taux ne débouche pas sur une fragmentation sur le marché de la dette souveraine en zone euro, autrement dit à ce que les Etats européens n’empruntent pas à des niveaux trop écartés.

Pour contrôler la progression globale des prix, les banques centrales font remonter leurs taux directeurs afin de freiner la demande en renchérissant le coût du crédit.

Mais les acteurs de marché répètent que, sans compromis permettant de mettre fin à la guerre en Ukraine, l’inflation ne pourra ralentir durablement.

Longtemps sous-estimée par les banquiers centraux, « l’inflation devrait commencer à dégrader les marges des sociétés. Les résultats du deuxième trimestre pourraient refléter les premiers dégâts », estime Jacques de Panisse, gérant chez Optigestion.

Le pétrole marque le pas

Vers 07H30 GMT, le prix du baril de WTI américain cédait 0,41% à 121,61 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord perdait 0,20% à 123,33 dollars.

« Un reflux des prix du pétrole serait crucial pour faire revenir un appétit pour le risque boursier », observe Stephen Innes chez SPI Asset Management.

Le dollar refluait légèrement par rapport au yen, à raison d’un dollar pour 133,61 yens contre 134,25 yens mercredi à 21H00 GMT.

L’euro se stabilisait face au dollar, s’échangeant à 1,0713 pour un dollar.

L’automobile dans un virage historique

Le secteur automobile était mitigé après que les eurodéputés ont voté mercredi la fin des ventes de voitures (neuves) à essence, diesel et hybrides en 2035. A Paris, Stellantis cédait 0,42%, Volkswagen 0,75% et BMW 0,28%, mais Renault prenait 0,27% vers 07H25 GMT.

La distribution morose

A Londres, le secteur de la distribution pâtissait des perspectives moroses pour l’économie britannique avec l’inflation galopante et la crise du coût de la vie qui bride les dépenses des ménages: Kingfisher reculait de 4,03% à 245,60 pence, JD Sports Fashion de 2,09% à 119,70 pence et Next de 1,70% à 6362,00 pence.

Le 9 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.